e l e c t r o n i c    m u s i c

Blank Sidebox Header

PayPal certified

we ship with German Post and DHL

this site uses save SSL encryption

all downloads are checked by Symantec Antivirus

all products as MP3-Download

all products as FLAC-Download


MellowJet Spring Bundle XL 2018 (NEU)

MellowJet Spring Bundle L 2018 (NEU)



emc 10

Rudolf Heimann - Tiefenrausch (NEU)


1 von 5 Sternen1 von 5 Sternen

(Very melodic Berliner style with a touch of EDM)
Since Into the Unknown, appeared in 2013 on SynGate, Rudolf Heimann clocks with more regularity at the scene of EM. Lugging around his compositions, where essences of rock and of progressive rock flirt with an EM approach very near of the melodious Berliner style, the German musician is roaming from label to label in order to find the one which is the most suitable to his music. With his last opus, he strikes at the right place by confiding the guides of “Tiefenrausch” to Bernd Moonbooter Scholl who so gives to his music this necessary depth allowing to weave skillfully the links between the various styles which sparkle through this album which in the end is very seducing.
A riff of acoustic guitar, kind of Pink Floyd, opens the matrix of “Tiefenrausch”. The vibes are in suspension with these chords which fall to meet those more melodious of a piano. My ears dive into a familiar universe; that of Innovative Communication. With fragrances of Tee Kay which merge with the melodious piano notes of Peter Seiler, Rudolf Heimann's music becomes soaked with these minimalist structures which live by mixing their essences. But there is more! These fragrances, after some phases of uncertainties, hang on to an electronic hymn of a kind of P'Cock in the rhythmic pattern of House in the Storm, but in a less violent way, another one of those albums which have delighted the ears of several fans of the New Berlin School style of EM. And the rhythm goes in a circular race with sporadic momentums and lines of sequences which skip in stroboscopic strands to merge in a rather contemporary decoration. The guitar expresses itself in this structure with harmonies, as plaintive and like a good solo segmented in many parts which are scattered between the 7 minutes of "In die Tiefe". This first title gives the color of the ambiences and the form of the rhythms of “Tiefenrausch”. On lively structures, excepted for the more ambient phases which are "Schwarze Ruhe" and the title-track, the music of this last Rudolf Heimann's album is soaked with these ascending rhythms parading like a vertical big 8. The guitar and the synths are dividing the kingdom of stars with solos which transport us on lively structures. It's with background noises of an intergalactic cave that the electronic elements of "Excentriques" introduction instigate the awakening of sequences which skip in delicious equestrian kicks. Another pulsating line livens up, arousing up percussions and robotic voices and especially introducing the title to a violent explosion of Dance & Trance faithful to the signature of the German label. The rhythm makes very Moonbooter with a beautiful harmonious section forged by splendid solos which sing and coo as only an electronic nightingale knows how to do it. These solos moreover add a more attractive musical depth than these Boom-Boom of lead which metamorphose more or less the very EDM approach of "Excentriques". We eventually end to like it, it's without appeal! Just a little respite for our ears? It's doubtless the idea behind the vast extent of floating layers coming from the Zenith and of seraphic voices which is "Schwarze Ruhe". Other lines, always so floating, screech in the décor, thus giving a more acid dimension to a good title of ambiences. Strata of violins in a chaos of sounds decorated by a fluty wave, "Schlägel und Eisen" escapes from a double line of these jerky orchestrations to roll towards a good slow e-rock and filled up with good solos of a guitar as much fascinating as a synth. This is a good cosmic slow dance with murmurs which really add nothing special to the title.
"Alleingang" is THE track of this Rudolf Heimann's very nice album. The music evolves with a breakaway of guitar riffs which flees an introduction sewn of silky winds and of azure breezes. These riffs get couple in a majestic ascending spiral, so giving the latitude necessary for the guitar to scatter its notes as well as its floating solos. Orchestrations soften the very New Berlin School vision of the movement, whereas percussions of a tribal kind invite the sequencer to throw a pot of sequences which sparkle on a well-oiled conveyor. Playing marvelously on the latitude of its 13 minutes, "Alleingang" shed its sonic skin smoothly for an ascending structure which swirls like these hypnotic circular structures faithful to the IC domain. Weeping cellos, as well as layers of astral sirens voice, beautify the circular procession of "Alleingang" that the electric six-strings of Rudolf Heimann decorate of short dreamy solos. The title-track is the second of ambiences in this “Tiefenrausch”. Its long lugubrious drones and their poly-sound tints clash in the rather joyful décor of this album. The alternate movement of the sequencer brings to the foreground an amphibian rhythm which remains anchored well in its fetal position. "Tageslicht" concludes this last Rudolf Heimann's album with a surprising approach very Mike Oldfield in a combination of his Discovery, Crisis and The Songs of Distant Earth periods. The ballad is modelled by at least two lines of guitars. The acoustic one throws lively riffs while the electric pitches very striking arrows of intensity. A little as in "In die Tiefe", the piano tries a melodic breakthrough on a structure where reign Celtic atmospheres. A surprising way of concluding a very nice album to which one listens pleasantly and which proposes a good diversity in its approach.
Sylvain Lupari (January 4th, 2018) *****
You will find this album on MellowJet Records shop
Depuis Into the Unknown, paru en 2013 sur SynGate, Rudolf Heimann pointe avec plus de régularité sur la scène de la MÉ. Trimbalant ses compositions, où les essences de rock et de rock progressif flirtent avec une approche de MÉ très près du style Berliner mélodieux, le musicien Allemand se promène d'un label à l'autre afin de trouver celui qui s'identifie le plus à sa musique. Avec son dernier opus, il frappe dans le 1 000 en confiant les guides de “Tiefenrausch” à Bernd Moonbooter Scholl qui donne ainsi à sa musique cette profondeur nécessaire permettant de tisser adroitement les liens entre les différents styles qui pétillent à travers cet album qui au final est très séduisant.
Un riff de guitare acoustique, genre Pink Floyd, ouvre la matrice de “Tiefenrausch”. Les ambiances sont en suspension avec ces accords qui tombent pour rencontrer ceux plus mélodieux d'un piano. Mes oreilles plongent dans un univers familier; celui d'Innovative Communication. Avec des parfums de Tee Kay qui fusionnent avec les mélodieux accords de Peter Seiler, la MÉ de Rudolf Heimann s'imprègne de ces structures minimalistes qui cohabitent en mélangeant leurs essences. Mais il y a plus! Ces fragrances, après quelques phases d'incertitudes, s'accrochent à un hymne électronique d'un genre House in the Storm par P'Cock, un autre de ces albums qui ont ravi les oreilles de plusieurs amateurs de MÉ du style New Berlin School, alors que le rythme s'engage dans une course circulaire avec des élans sporadiques et des lignes de séquences qui sautillent en filaments stroboscopiques pour se fondre dans un décor assez contemporain. La guitare s'exprime dans cette structure avec des harmonies aussi plaintives qu'un bon solo segmenté en moult parties et éparpillé entre les 7 minutes de "In die Tiefe". Ce premier titre donne la couleur des ambiances et la forme des rythmes de “Tiefenrausch”. Sur des structures vives, exceptées pour les phases plus ambiantes que sont "Schwarze Ruhe" et la pièce-titre, la musique de ce dernier album de Rudolf Heimann est imbibée de ces rythmes ascendants défilant comme des gros 8 verticaux. La guitare et les synthés se partagent le vedettariat avec des solos qui nous transportent sur des structures entraînantes. C'est avec des bruits de fond d'une grotte intergalactique que les éléments électroniques de l'introduction de "Excentriques" attisent l'éveil de séquences qui sautillent en délicieuses ruades équestres. Une autre ligne pulsatoire s'anime, animant des percussions et une voix robotique et initiant surtout le titre à une violente explosion de Trance & Dance fidèle à la signature du label Allemand. Le rythme fait très Moonbooter avec une belle section harmonique forgée par de splendides solos qui chantent et roucoulent comme seul un rossignol électronique sait le faire. Ces solos d'ailleurs ajoutent une profondeur musicale plus attrayante que ces boum-boum de plomb qui métamorphosent plus ou moins l'approche très EDM de "Excentriques". On finit par aimer, c'est sans appel! Un petit peu de répit pour nos oreilles? C'est sans doute l'idée derrière la vaste étendue de nappes aux parfums du Zénith et de voix séraphiques qu'est "Schwarze Ruhe". D'autres lignes, toujours aussi flottantes, crissent dans le décor. Donnant ainsi une dimension plus acide à un bon titre d'ambiances. Strates de violons dans un désordre de sons agrémenté par une onde flûtée, "Schlägel und Eisen" s'échappe d'une double ligne de ces orchestrations saccadés pour couler vers un bon rock électronique lent et gavé de bons solos d'une guitare aussi captivante qu'un synthé. Un bon slow cosmique avec des murmures qui n'ajoutent vraiment rien de spécial au titre.
"Alleingang" est LA pièce de résistance de ce bel album de Rudolf Heimann. La musique évolue avec une échappée de riffs de guitare qui fuie une introduction cousue de soie éolienne et de brises azurées. Ces riffs s'accouplent à une majestueuse spirale ascendante, donnant ainsi la latitude nécessaire à la guitare pour éparpiller ses accords ainsi que ses solos flottants. Des orchestrations attendrissent la vision très New Berlin School du mouvement, tandis que des percussions d'un genre clanique invitent le séquenceur à jeter une marmite de séquences qui pétillent sur un convoyeur bien huilé. Jouant à merveille sur la latitude de ses 13 minutes, "Alleingang" mue en douceur avec une structure ascendante qui tournoie comme ces structures circulaires hypnotiques fidèles à la filière IC. Des violoncelles pleureurs ainsi que des nappes de voix de sirènes astrales embellissent la procession circulaire de "Alleingang" que la six-cordes électrique de Rudolf Heimann décorent de courts solos rêveurs. La pièce-titre est le 2ième titre d'ambiances de “Tiefenrausch”. Ses longs bourdonnements lugubres et aux teintes poly-soniques détonnent dans le décor plutôt jovial de cet album. Le mouvement alternatif du séquenceur fait émerger un rythme amphibien qui reste bien ancré dans sa position fœtale. "Tageslicht" conclut ce dernier album de Rudolf Heimann avec une surprenante approche très Mike Oldfield dans une fusion des périodes Discovery, Crisis et The Songs of Distant Earth. La ballade est modelée par au moins deux lignes de guitares. L'acoustique lance des riffs alors que l'électrique lance des flèches d'intensité très saisissantes. Un peu comme dans "In die Tiefe", le piano tente une percée mélodique sur une structure où règnent des ambiances celtiques. Une étonnante façon de conclure un bel album qui s'écoute agréablement et qui propose une belle diversité dans son approche.
Sylvain Lupari (03/01/2018) http://synthsequences.blogspot.de/2018/01/rudolf-heimann-tie-
Datum hinzugefügt: 15.01.2018 von global